Pouvons -nous construire notre Ikigai?

L’Ikigai est une philosophie de vie provenant de l’île d’Okinawa au Japon. Ainsi, identifier son Ikigai revient à donner un sens à sa vie, à se connecter à son essentiel, à avoir de l’énergie pour se lever le matin.

Une interprétation occidentale de cette philosophie de vie par Mark Winn positionne « Ikigai » à l’intersection de 4 grands piliers correspondants à :

  • ce que nous aimons faire,
  • ce que nous savons faire,
  • ce pour quoi nous pouvons être rémunérés,
  • ce dont le monde a besoin.

Identifier ces 4 piliers revient à trouver son « Ikigai » ou sa raison d’être et ainsi donner plus de sens à sa vie.

Bien souvent, nous sommes invités à partir d’une feuille blanche sur laquelle après de longues réflexions nous devons identifier nos 4 piliers.

Cela me semble une entreprise bien délicate, difficile, et compliquée.

N’y aurait-il donc pas une autre approche qui consisterait à construire notre « Ikigai » à partir de ce que nous avons déjà ?

Ne serait-il pas possible de le construire à partir de ce que nous faisons déjà aujourd’hui, et à partir de qui nous sommes ?

Nous allons donc partager les résultats d’une étude d’un professeur en psychologie. Ensuite, nous allons étudier si nous pouvons construire notre « Ikigai », et enfin proposer une mise en pratique.

Une étude prometteuse

Il me semble qu’une étude du Professeur Martin Seligman, un chercheur de l’Université de Pennsylvanie, pourrait nous être utile pour ajouter un peu plus de sens à notre vie, être un peu plus satisfait et épanoui.

Il a été le premier à parler de l’importance de nos points forts dans notre vie et dans l’accomplissement de nos tâches. Ils les définissent comme étant : 

    • nos désirs ou notre disposition à agir, 
    • ou des sentiments qui conduisent à l’excellence, 
    • ou un élément de notre épanouissement. 

24 points forts différents

Martin Seligman a trouvé 24 points forts différents qui répondent à des critères bien précis, tels que l’universalité, la distinction des personnes, la moralité, et la contribution à notre satisfaction.

Certains de ces points forts forment nos « points forts signature ». Ce sont ceux qui comptent le plus pour nous, et que nous montrons le plus fortement. Il nous semble qu’ils sont une partie essentielle de qui nous sommes. Nous nous sentons pleins de sens, de raison d’être quand nous y pensons.

Et l’idée de Martin Seligman est que si nous pouvons identifier nos points forts et les mettre en action, nous devrions pouvoir produire de meilleurs résultats, et nous sentir plus épanouis. Cela pourrait s’appliquer à toutes nos activités, nos emplois et carrières où nous pourrions leur donner plus de sens.

Ce qui ressemble fortement aux résultats que nous souhaitons obtenir une fois que nous avons trouvé notre Ikigai.

Et donc, pour tester cela, il a d’abord demandé aux personnes de déterminer leurs points forts. Il a conçu un questionnaire qui permet d’avoir nos 24 points forts dans leur ordre d’importance.

Ensuite, il a donné les instructions suivantes : « Utilisez l’une de vos principales forces, d’une manière nouvelle et différente chaque jour sur une semaine. »

Et à la fin de la semaine, les sujets devaient donner la liste des points forts qu’ils ont utilisés et la nouvelle manière de l’appliquer pour chaque jour. 

Et voici donc ce qu’ils ont découvert. 

Nous augmentons notre sensation de plaisir, de satisfaction, de bien-être simplement en nous assurant consciemment que nous utilisons nos points forts.

Ils ont donc souhaité comprendre l’impact d’une telle pratique dans notre vie professionnelle. Et donc ils ont demandé à un grand nombre de professionnels « Utilisez-vous vos forces de caractère au travail ? Combien en utilisez-vous ? »

Ce qu’ils ont découvert, c’est qu’à mesure que notre utilisation de nos points forts augmente, il en va de même pour notre productivité et notre satisfaction au travail.

Et il semble que quand nous utilisons nos points forts nous ressentons des émotions positives, ce qui stimule notre productivité, et nous fait aimer davantage notre travail.

Qu’est-ce qui fait d’un métier une vocation ?

Les chercheurs se sont posé cette question : « qu’est-ce qui fait d’un métier une vocation ? »

Et ils ont proposé l’hypothèse, que cela a à voir avec vos points forts. 

Pour la valider, ils ont comptabilisé le nombre de points forts que les gens utilisaient dans leur travail tout au long de la journée.

Les résultats de leurs travaux suggèrent que nous avons le plus d’émotions positives et nous sommes les plus satisfaits quand nous utilisons 4 de nos points forts signature.

L’intérêt est double, non seulement cela augmente nos expériences positives, mais que cela nous fait penser que notre travail est une vocation. 

Ils ont donc montré que nous pouvons transformer notre travail en vocation en utilisant consciemment 4 de nos points forts signature de manière différente tous les jours pour réaliser nos tâches.

Peut-on construire notre Ikigai ?

Les quatre piliers de l’Ikigai ont pour but de nous aider à trouver une activité, pour laquelle nous sommes compétents, qui nous apporte satisfaction, qui nous permet d’être rémunérés et dont les résultats soient utiles pour la société.

Notre travail aujourd’hui répond déjà à deux questions.

Ce dont le monde a besoin : car sinon la société qui nous emploi, ne pourrait survivre.

Ce pour quoi nous pouvons être rémunéré : en tant qu’employé nous sommes rémunérés pour notre travail.

L’étude suggère que nos points forts « signature » sont aussi nos plus fortes compétences, nos traits de caractère qui quand nous les exerçons nous permettent de produire de très bons résultats. Ceci semble être le pilier « Ce que nous savons faire ».

Il nous reste la question : ce que vous aimez faire ?

L’étude propose que nous obtenions du plaisir, de la satisfaction quand nous utilisons nos points forts « signature » quotidiennement et de manière variée. Et généralement, ce sont les activités, que nous aimons faire, qui nous permettent d’obtenir de tels résultats. Il est donc possible de penser que les activités au cours desquelles nous pouvons exercer nos points forts « signature » seront les activités que nous aimerons.

L’étude semble donc suggérer qu’il est possible de construire notre Ikigai, en pratiquant nos points forts « signature » quotidiennement et de manière variée.

Et ce sans avoir à identifier nos 4 piliers, mais en identifiants nos 4 points forts « signature » et en les mettant en pratique quotidiennement.

De la théorie à la pratique

La première étape consiste à prendre connaissance, de nos 4 points forts « signature ».

Le professeur Martin Seligman a mis à disposition un questionnaire qui nous permet d’avoir nos 24 points forts, dans l’ordre. 

Vous pouvez faire ce test gratuitement ici : http://degeib.pro.viasurvey.org

Avec vos résultats en main, vous pouvez identifier vos 4 points forts « signature ».

Ensuite, avec de la détermination et un peu de disciplines, commencer par identifier chaque jour une tâche, une seule, et en choisissant un de vos points forts, réfléchissez comment réaliser cette tâche d’une nouvelle façon en l’utilisant et obtenir un résultat, identique sinon meilleur.

Chaque jour, changez de point fort, et de manière de l’utiliser.

Prenez soin de prendre le temps de transformer cette pratique en habitude. Cela peut vous prendre plusieurs semaines.

Quand sans réfléchir, vous aurez dès le matin, la tâche à réaliser, le point fort à utiliser, et la méthode, alors vous pouvez ajouter une autre tâche.

Ne cherchez pas à révolutionner votre manière de travailler. Faites évoluer lentement vos pratiques, très lentement, mais durablement.

Construire votre Ikigai, requière un peu de temps, beaucoup de détermination et de discipline. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *